Dear Isabelle,

Je suis très content de pouvoir poursuivre ici avec toi ce dialogue que nous menons depuis des années, et de façon totalement décousue, sur le féminisme.
Nous pourrons sortir du sujet, mais j’aimerais bien que nous partions de cette idée que tu avais formulée au sujet du féminisme, qu’il n’était plus possible aujourd’hui de défendre un modèle unique de « femme libérée ».
Je trouve que l’actualité rend pertinente cette réflexion.